Fondation pour l'Assistance
Morale aux Détenus

Avenue de Stalingrad 54
1000 Bruxelles
Tel : +32 2 537 59 28
+32 473 48 15 88
Fax : +32 2 537 10 93

 

PAIFVE Etablissement de défense sociale de Paifve

 

Route de Glons - 4452 Paifve

Tél.: 04/289 36 36
Fax: 04/289 36 23

Historique

 

L’établissement de défense sociale de Paifve est le seul EDS dépendant du SPF Justice. Il a été conçu fin des années cinquante et son terrain acheté début des années soixante avant la parution de la loi de 1966 sur l’emploi des langues en matière administrative.

Il devait au départ regrouper tous les internés masculins francophones et néerlandophones. Cette vocation explique l’implantation excentrée de l’établissement par rapport au pays, mais à quelques centaines de mètre de la frontière linguistique.

Construit au début des années septante par la Régie des Bâtiments, il a été inauguré en 1972. L’EDS est donc réservé aux seuls internés masculins francophones. De 1972 à 1975, l’établissement a accueilli quelques condamnés correctionnels à des peines légères et des témoins de Jéhovah qui étaient employés à l’aménagement intérieur et extérieur du domaine et des pavillons. L’établissement n’exerce sa fonction spécifique d’EDS que depuis 1976, date d’arrivée des premiers internés de Tournai et de Merksplas. De 1979 à 1983, l’EDS a également dû héberger l’annexe psychiatrique de la prison de Lantin nouvellement ouverte et pas entièrement fonctionnelle. Ce n’est que depuis 1983 que l’EDS n’accueille plus que des internés.

 

Capacité et Infrastructure

 

Sa capacité d’hébergement est actuellement de 205 lits auxquels il faut ajouter 3 lits supplémentaires réservés aux internés arrivant en urgence suite à une réintégration d’un placement en article 14, une action en référé ou une décision prise par la DGD.

Situé dans un parc de 16 hectares et entouré d’un mur d’enceinte, l’EDS se compose d’un bloc d’entrée (entrée principale, locaux connexes et chaufferie), d’un bloc multifonctionnel (bureaux, salles de réunion, parloirs avocat, local de visite hors surveillance, salle de visite et cuisine), d’un bloc ateliers, d’un bloc d’hébergement dit « pavillon cellulaire »( PCE) non entièrement rénové dont la capacité sur 4 sections est de 82 patients et d’un bloc d’hébergement dit « pavillon communautaire » (PCO) dont la capacité sur six sections est de 126 patients.

Une dernière phase de rénovation future d’espaces non occupés du pavillon cellulaire devrait, quant à elle, augmenter la capacité de l’établissement de 44 nouveaux lits (quatre petites sections de 11 chambres chacune).

Les deux blocs cellulaire et communautaire disposent chacun, outre les locaux pour services médico-psycho-sociaux et de surveillance, de salles de sport et de loisirs, de réfectoires et cuisines de section, d’atelier d’ergothérapie, de lieux de cultes et de cours (alphabétisation, remise à niveau, horticulture, etc.)

Des préaux, un terrain de football, ainsi qu’un parcours « Vita » sont également à la disposition des résidents.

 

Régime

 

La population de l'établissement se compose d'individus masculins internés suite à un crime ou un délit. Ces personnes sont non seulement mises à l'écart de la Société dans une optique de protection de celle-ci, et ce pour une durée indéterminée, mais également pour recevoir des soins adaptés. Il s'agit non pas d'une peine mais d'une mesure. Les internés sont répartis dans deux pavillons, où trois régimes (allant du cellulaire classique au communautaire) sont appliqués.

 

Ateliers

 

Deux ateliers pouvant accueillir chacun une dizaine de patients travailleurs viennent d'être entièrement rénovés.

  


Activités pour les détenus

 

Formation et éducation

Les aspects de resocialisation, de préparation du plan de reclassement, d’acquisition d’aptitudes sociales, définis comme objectifs, sont pris en considération dans la détermination de l’offre offerte en matière de formation et d’éducation.

Des activités régulières sont encadrées par des intervenants internes parmi lesquels on peut notamment citer les activités d’ergothérapie, d’éducation à l’hygiène et de psychoéducation, l’animation de « comités d’usagers » (groupes préparatoires aux organes de concertation). On peut également parler de formation au sens large (formation par le travail) pour les travailleurs au sein de l’EDS (atelier régie, buanderie, cuisine, etc.)

A cela s’ajoutent de multiples activités impliquant des intervenants extérieurs réguliers. Dès à présent, la collaboration d’écoles de promotion sociale, de services de médiation, de services d’aide aux justiciables permet de structurer petit à petit une offre d’activités, de formations et d’espaces de réflexion aux internés. On peut notamment citer :

  • les cours d’horticulture et d’alphabétisation ; les formations en matière d’habilités sociales et de guidance pédagogique ; le module « entretien du cadre de vie » proposés par l’institut de promotion sociale d’Herstal (IPEPS).
  • les remises à niveau dans diverses matières via un « module préparatoire à l’insertion socioprofessionnelle » intitulé d’Amont Aval ,  les groupes de paroles et la mise en place d’un « relais parent-enfants », projets initiés par le Service d’Aide aux Justiciables de Liège.

Enfin, des intervenants externes ponctuels peuvent venir compléter l’offre de services, comme par exemple la formation en habilités sociales (via des ateliers d’improvisation animés par des comédiens professionnels) et des ateliers de photographie.

 

Les activités culturelles et de détente

En matière d’activités culturelles et de détentes, de multiples initiatives sont mises en place qui impliquent la participation de membres du personnel de l’EDS et/ou des intervenants extérieurs.

Parmi les activités régulières encadrées par des intervenants externes ou assurées via des prestations de tiers, on peut notamment citer les activités bibliothèques soutenues par des membres de la Croix Rouge l’art-thérapie, la sophrologie, les activités organisées par les kinés, les activités en lien avec les différents cultes, les activités mises en place par la compagnie de charité. L’hipothérapie , quant à elle, devrait prochainement être à nouveau organisée dans un manège de la région.

Parmi les activités régulières encadrées par des membres du personnel de l’EDS, on peut notamment citer différentes activités sportives (Foot, ping-pong, etc.), les sorties groupe et accompagnées culturelles ou récréatives (pêche, VTT, cinéma, patinoire, visite culturelle, marché de Noël, etc.), l’organisation de tournois ludiques et/ou sportifs, les repas de section.

A cela s’ajoutent des activités organisées chaque année et spécifiques à une période donnée. On peut notamment citer les activités des fêtes de fin d’années (goûter de Saint-Nicolas, activités carte de vœux, activité déco de section, fabrication de spéculoos, sortie de groupe marché de Noël), les activités organisées les week-ends durant les mois de juillet et août (barbecue/repas de section + activités ludiques comme le karaoké …)

Enfin et pour compléter l’offre, diverses activités ponctuelles animées par des intervenants externes se tiennent au sein de l’établissement. Cela peut aller de la pièce de théâtre en passant par la représentation musicale (chorale)  pour finir par le spectacle de magie.