Fondation pour l'Assistance
Morale aux Détenus

Avenue de Stalingrad 54
1000 Bruxelles
Tel : +32 2 537 59 28
+32 473 48 15 88
Fax : +32 2 537 10 93

 

JAMIOULX Etablissement pénitentiaire de Jamioulx

                                        rue Fr. Vandamme 172 - 6120 Jamioulx

Tél.: 071/22 94 70
Fax: 071/21 57 78

Historique

 

La prison de Jamioulx est la première prison moderne créée après la dernière guerre mondiale de 1940-1945. En 1958, ses plans et sa maquette étaient exposés à Bruxelles lors de l’exposition internationale. Il faudra pourtant attendre 1975 pour la voir ouvrir ses portes et succéder ainsi à la vétuste prison de Charleroi. Quelques jours suffiront à transférer les 120 détenus qui occupaient cette dernière.

Pourtant, dès 1984, la présence d’amiante est décelée dans certains locaux. En une semaine l’ensemble de la population détenue et des agents est transféré vers d’autres établissements du pays.

Outre un vaste chantier de désamiantage, la période de fermeture permet des travaux de rénovation pour 5 des 9 sections que comporte le bâtiment. La réouverture prématurée (février 86) est due au phénomène de surpopulation générale qui, déjà à l’époque, frappait les prisons belges.

En 2005, et à titre préventif, la décision est prise de faire subir à la prison une deuxième opération de désamiantage. Les travaux débutés fin 2005 ont été interrompus à plusieurs reprises toujours en raison de la surpopulation.

Dans les années qui viennent, d’importants travaux de rénovation et la création de nouveaux espaces sont programmés.

 

Capacité et Infrastructure

 

Dans la province du Hainaut, aux confins des communes de Marcinelle, Nalinnes et Jamioulx, au milieu d’un bois, bâtie selon un modèle canadien , la prison de Jamioulx est unique en son genre dans le paysage architectural pénitentiaire. Construit en carré de 100 mètres de côté, le cellulaire comporte 168 locaux de détention, répartis en 9 sections sur 4 niveaux et 3 étages :

Toutes les cellules font face au préau, un immense carré d’un hectare de surface séparé en deux espaces distincts pour les niveaux 1-2 et 3-4. Les locaux administratifs se situent dans un bloc de forme carrée lui aussi relié au cellulaire par une rotonde centrale. Il n’existe pas de mur d’enceinte. Les couloirs des sections abrités derrière les murs de façade en briques de verre constituent eux-mêmes l’enceinte. Une clôture placée sous contrôle caméras protège l’accès au site. La prison de Jamioulx a une capacité théorique de 268 places. Le taux moyen d’occupation est de 400 détenus. Prévenus, condamnés et internés sont appelés à s’y côtoyer.

 

Régime

 

La prison de Jamioulx est réputée maison d’arrêt et maison pour peines. Elle comporte également une annexe psychiatrique. Les détenus placés sous mandat d’arrêt et les condamnés se partagent les locaux disponibles répartis sur 9 sections dont 1 réservée à l’annexe. L’infrastructure du bâtiment (vaste carré de 100m de côté) et l’extrême fluctualité des catégories de détenus ne permet pas de réserver une ou plusieurs sections pour l’une ou l’autre catégorie de détenus.

Le régime de détention est donc, essentiellement, cellulaire. Deux sections bénéficient toutefois d’un régime dit « ouvert » (cellules fermées à certains moments de la journée seulement pour permettre les contrôles de présence) une autre est dite « semi-ouverte » (les heures d’ouverture sont moins étendues que sur les sections ouvertes). Les détenus qui y sont affectés doivent répondre à des critères liés à la vie en communauté.

Les détenus pratiquent le sport dans des salles de body. L’activité sportive principale restant le football (deux nouveaux terrains combi-foot ont été aménagés fin 2009).

 

Ateliers

 

La prison de Jamioulx a été conçue sans ateliers. Pour permettre la mise au travail de détenus pour le compte d’entrepreneurs privés, les locaux actuels ont été répartis différemment. Ainsi la buanderie a été transférée dans l’un des caves. L’espace libéré a permis l’ouverture de 2 petits ateliers où de légers travaux de manutention (ensachage, collage, etc.) sont possibles. Une vingtaine de détenus peuvent y être mis au travail. D’autres peuvent être affectés à certains travaux dans leur cellule. Un projet de construction d’ateliers dans le sous-sol du bâtiment est toujours à l’étude. Les plans ont été terminés en 2009.

 

Activités pour les détenus

 

La formation et l’éducation 

Deux types de formation sont organisés :

·                       formations qualifiantes en carrelage et métiers du bâtiment

Outre les aspects théoriques et pratiques de l’apprentissage, le programme prévoit également des ateliers d’expression, des entretiens de motivation individuels, un accompagnement social et une aide à l’insertion. Les groupes sont toutefois réduits en raison de l’exiguïté des locaux disponibles (2 x 12 personnes). La participation au module « carrelage » est, en raison de sa durée (1 exercice académique), réservée à des condamnés.

·                       formations générales

Français et mathématique de base, français langue étrangère, initiation à l’informatique. Les détenus qui suivent ces formations perçoivent une prime à l’apprentissage identique à celle qu’offre l’Onem à ses stagiaires.

Des contacts réguliers ont lieu avec les représentants de la communauté française, de la région wallonne et des écoles de promotion sociale afin de maintenir dans la continuité les modules mis en place.

 

Les activités culturelles et de détente 

Historiquement, l’activité de détente privilégiée par les détenus de Jamioulx est le football. Depuis 2009, 2 nouvelles structures (terrains multisports) remplacent les surfaces goudronnées qui servaient de terrains de jeu. Les détenus ont créé une équipe à laquelle il revient de défendre les couleurs de la prison dans les rencontres avec des joueurs externes. Des rencontres avec l’équipe de Marneffe sont régulièrement organisées. L’entraînement hebdomadaire est réalisé sous le coaching d’un entraîneur externe. 2 rencontres se déroulent les week-ends : l’une pour les détenus qui font partie de l’équipe permanente, l’autre pour certains détenus qui souhaitent tâter le ballon.

La deuxième activité sportive qui emporte les faveurs de nos détenus est le body-building. Plusieurs salles bien équipées sont installées dans les sections.

En termes d’activités culturelles, la prison de Jamioulx a maintenant pu mettre sur pied un planning annuel qui prévoit une activité toutes les 6 à 8 semaines : concert de musique moderne, théâtre interactif, ateliers, etc.

Depuis plusieurs mois les détenus bénéficient également de la collaboration d’une « écrivaine publique ». Bénévole, cette personne aide les détenus qui le souhaitent à rédiger leur courrier.